Jump to content

Bienvenue sur le site du Clan des Officiers !

Guest Image

Si vous appréciez le contenu de notre site nous vous invitons à vous inscrire. Vous pourrez ainsi participer aux nombreuses discussions de notre forum. Pour échanger avec plus de 2000 passionnés de jeux sur thème de seconde guerre mondiale quelques secondes suffisent !

La page d'inscription est disponible ici.

Après votre inscription il est vivement recommandé de poster un message de présentation dans le forum des nouveaux arrivants. Cela nous permets de connaître le profil des personnes qui nous rejoignent. Une présentation de qualité, sur le fond comme sur la forme, est indispensable si vous souhaitez accéder à notre serveur audio, lieu de rencontre de nombreux joueurs francophones pour nos parties en réseau. Ce premier contact par écrit est aussi nécessaire si vous souhaitez rédiger d'autres messages.
 
Lors de votre inscription, le choix de votre pseudo et de votre image de profil (avatar) doivent être conformes à notre charte sous peine de suppression immédiate. Il est notamment interdit d'utiliser des pseudos ou des images de profil (avatars) de soldats d'un pays de l'Axe.
 
Ce message et les bannières publicitaires n'apparaissent plus pour les inscrits.


Atlantis

Webmaster
  • Content Count

    27,042
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    12

Reputation Activity

  1. Like
    Atlantis reacted to Soft for a blog entry, Une chaîne YouTube en projet !   
    Hello ! 
    Depuis plusieurs mois j'envisage de créer une chaîne YT sur le thème historique XXe siècle, Je maîtrise déjà le montage ect ... Mais je n'ai pas trouvé comment " Présenter " le sujet ect ... Je m'explique : Je ne sais pas si je fais en facecam, voix off ect ... Mais j'ai déjà plusieurs concepts tel que :
    Garde à vous ! : Un format de vidéo sur une armée, ses batailles, sa création ect... ( 5 à 10mn ) Aux Armes ! : Un format de vidéo sur les armes utilisées durant une guerre 1GM ou 2GM ( 5 a 10mn ) Qui est - ce ? : Un format de vidéo sur les dirigeants, commandants ect ... ( 10mn ) Chargez !  : Un format de vidéo sur une bataille ( 20mn ) Et un petit hors - série sur les jeux vidéo sur le thème historique ( Petite pub - si possible - pour le CDO )
    En ce qui concerne le nom, j'ai : Histoires du XXe
    Je n'arrive pas trop à me décider mais je pense que cela viendra avec le temps.
  2. Like
    Atlantis got a reaction from Eko for a blog entry, A la découverte du Raspberry Pi et de ses applications   
    Je démarre aujourd’hui une série de billets dédiés au Raspberry Pi. Mais qu’est-ce donc allez-vous me demander ? Et bien, justement, le sujet de ce premier article est de vous présenter ce micro ordinateur plus qu’original et dont je suis un peu amoureux.
    Pour comprendre le Raspberry Pi il faut connaitre son histoire.
    Commençons donc par l’historique de ce projet qui n’est pas sans rapport avec le monde du jeu vidéo puisque David Braben est l’un des principaux promoteurs du Raspberry Pi. Ce Monsieur est aussi le développeur du jeu Elite : un must précurseur du genre «4X» spatial dont la première mouture est sortie en 1984 sur BBC Acorn. David Braben fut également à l’origine de nombreux autres jeux à succès dans les années 1990 sur les Acorn Archimedes et Acorn RiscPC : des machines de la même génération que l’Atari ST ou l’Amiga mais à la conception encore plus originale, avec un OS multitache préemptif (l’Amiga aussi en avait un soit dit en passant) reposant sur une architecture matérielle en avance sur son temps grâce à son micro-processeur A.R.M. A l’époque A.R.M désignait Acorn Risc Machine et était la division matérielle/microprocesseur du constructeur informatique Acorn connu pour avoir remporter un contrat juteux dans le milieu éducatif anglais en coopération avec la BBC, au moment où, en France, nous avions des Thomson MO5 et TO7 dans les écoles avec le plan «Informatique pour tous». L’expérience de développeur acquise par David Braben sur l’architecture Acorn fut une inspiration pour les choix technologiques sur le Raspberry Pi.
    Les processeurs A.R.M présentent en effet d’énormes avantages par rapport aux processeurs X86 classiques d’Intel ou aux Motorola 680X0 des années 90 et début 2000 : ils affichent une puissance de calcul impressionnante pour un cout réduit. Ils consomment et chauffent peu et sont extrêmement compact, ce qui permet de les introduire dans des équipements de volume réduit, notamment des matériels portables grands publics où la masse et la voracité énergétique sont des éléments déterminants.
    Mais, concrètement, c’est quoi le Raspberry Pi ?
    C’est une carte mère «Broadcom BCM2835 SoC full HD multimedia applications processor» avec un hard à bas prix développé autour du processeur A.R.M, le même que celui qui anime la grande majorité des téléphones portables du marché.
    Il existe deux modèles : le modèle de base, dit «A», avec un port USB 2.0 et 256 Mo de RAM et le modèle dit «B», avec deux ports USB 2.0, un port Ethernet à 100 Mb/s et 512 Mo de RAM. Vous avez droit à un emplacement SD card, à une sortie audio 3.5mm jack, à une sortie vidéo Composite RCA (PAL et NTSC) et à un port HDMI (compatible avec les v1.3 et 1.4 de la norme) sur les deux versions. Il n’y a pas de mémoire vidéo dédiée mais tout de même un coprocesseur «Dual Core VideoCore IV®
    Multimedia Co-Processor» efficace même pour afficher des images en haute définition. Dans tout les cas le processeur est un modèle à 700 MHz (Low Power ARM1176JZ-F).





    La carte mère du modèle B qui mesure à peine 8.6cm x 5.4cm x 1.7cm, sachant que celle du modèle A est encore plus petite de quelques mm.



    S’ajoute cela «un écosystème» varié, regroupant des boitiers (indispensable car la carte mère est fournie nue) et certains périphériques classiques comme une SD card (pour stocker le système d’exploitation et les applications) le câble HDMI ou un câble d’alimentation. Dans tout les cas la philosophie du Raspberry Pi est la récupération de matériels de grande consommation. Vous pourrez ainsi utilisez un chargeur de téléphone portable pour alimenter votre ordinateur, sous réserve que celui-ci délivre un minimum de 700 mA pour le modèle B.
    Un Raspberry Pi pour quoi faire ?
    L'objectif est de répondre de manière économique à des besoins courants, tels que la bureautique et la navigation Internet, comme plus originaux comme la domotique ou l'hébergement de sites web. Le Raspberry Pi propose une puissance suffisante pour faire face à la démocratisation de la micro informatique et de l’Internet y compris dans des pays où les revenus sont bas et l'énergie chère ou difficile à obtenir. Ainsi il serait possible d’alimenter une dizaine de Raspberry Pi en Afrique avec un simple panneau solaire. Evidement, il ne sera pas envisageable de faire tourner les derniers jeux à la mode sur un Raspberry Pi même si une déclinaison particulière de Minecraft existe. Il est également envisageable de se servir du Raspberry Pi comme de plateforme «media center» car il permet la lecture des BluRay et un affichage en 1080p à 30 images par secondes.
    Quel(s) O.S anime(nt) donc cette bien étrange machine ?
    Il existe deux possibilités : soit le bien connu Linux, sous la forme de la distribution «Raspbian wheezy» (dérivée de Debian) soit RiscOS, le système d’exploitation des Acorn RiscPC, toujours au top du point de vue technique et fonctionnel. Dans les deux cas l’O.S est gratuit.
    Et combien ça coûte cette petite merveille de technologie ?
    Le modèle A est vendu à 25 US $ et le modèle B à 35 US $. Il faut ajouter à cela le coût d’un câble HDMI, d’un S.D card, d’un câble d’alimentation et d’un boitier.
    Au programme du prochain billet : installation et mise en route, le tout en images.
  3. Like
    Atlantis reacted to Sukhoi for a blog entry, Far Cry 3 - La grande mascarade   
    Pour être franc, la première fois que j'ai lancé Far Cry 3, je m'attendais à vivre l'enfer. Entre les personnages psychopathes des trailers et l'encyclopédie du jeu sobrement intitulée Guide de Survie, l'expérience promettait d'être intense. Toutefois, prenant mon courage à deux mains, je cliquais quand même sur le mode de difficulté le plus élevé et fermais les yeux. Ça y est, me voici dans la peau de Jason, jeune californien venu avec ses amis chercher adrénaline et autres plaisirs de la vie sur une île paradisiaque. Vu que cette dernière foisonne de vendeurs d'esclaves et de kalachnikov, on se dit qu'ils ont dû passer par une agence de voyage un peu spéciale mais mettons.
    Ce qui rend Jason sympathique c'est qu'il n'a rien d'exceptionnel. Il n'a jamais tenu une arme de sa vie, il n'a jamais fait d'opérations commandos en Afghanistan bref un vrai touriste lambda. Je sentais du coup qu'Ubisoft miserait sur un gameplay original avec un héros peureux voire maladroit. Mais les années passent et je reste un grand naïf. En effet, après s'être échappé de sa prison en bambous au moyen de QTE passionants, notre bleusaille rencontre un autochtone qui lui explique qu'un guerrier sommeille en lui et qu'il doit combattre puisque c'est son destin. Bon, quand c'est génétique, on ne peut que s'incliner. De fait en dix minutes montre en main, Jason maîtrise la machette, les fusils d'assaut et enchaîne les massacres de masse sans problème. A côté quand on voit le pauvre Jason Bourne passer des années de formation pour devenir un tueur ultime, on se dit que c'est un sacré rigolo. Bref, vous voilà parti pour une vendetta sanglante afin de libérer vos potes et offrir la victoire à la guérilla locale qui se bat depuis des années pour éliminer le méchant Vaas et ses sbires. C'est quand même autre chose que de partir en vacances avec le Club Med !

    Ubisoft n'a pas été avare en promesses pour cet opus de Far Cry. Pour être clair, on est censé disposer d'un véritable bac à sable pour adulte. Monde ouvert, graphismes au top et thèmes matures devaient ainsi coexister dans ce FPS. Malheureusement, en dehors de la technique, le résultat est loin d'être à la hauteur. Il faut reconnaître que, pour peu qu'on ait une config un peu musclée, le jeu est très beau. Bien que le moteur physique ne fasse pas de prouesses, les textures sont propres, la jungle est superbe et la gestion des cycles jour / nuit est totalement maîtrisée. Ajoutez à cela une carte vaste et sans chargement et vous avez tous les ingrédients pour affirmer que ce titre a dû demander beaucoup de travail.
    Mais un beau jeu dans lequel on s'ennuie reste un jeu moyen. Ce fameux monde ouvert nous propose évidemment son lot de quêtes secondaires répétitives à souhait. Libérer un avant-poste, faire des courses contre-la-montre en jet-ski, assassiner un chef de bande, autant de mini-jeux qu'on a l'impression d'avoir fait des centaines fois dans d'autres jeux. Le pire c'est que tout ça nuit à l'ambiance globale du jeu. Car livrer une caisse de médicaments en Jeep en traversant à fond de 5e des paysages enchanteurs s'accorde très mal avec la pseudo folie censée régner sur l'île. Celle-ci n'apparaît d'ailleurs furtivement qu'à travers les cinématiques de la quête principale. Le monde déchiré, violent voire glauque qu'on attendait n'est qu'un fantasme du marketing pour le coup. A aucun moment on ne se sent mal à l'aise et on finit par trouver la cohérence de l'ensemble très discutable. Ce Far Cry souffre d'un manque d'identité évident et on remarque rapidement que ce jeu est plus un pot-pourri d'autres FPS / jeux d'action qu'un projet pensé de A à Z. J'en veux pour preuve le système de la carte qu'on dévoile en escaladant les antennes de communication des méchants (on peut les appeler comme ça vu le manichéisme du jeu). Si ça ne vous rappelle pas Assassin's Creed ça (et non je ne parlerai pas du deltaplane qui est aussi un avatar d'AC2)...

    Cela dit je reconnais volontiers qu'on joue rarement à un Far Cry pour son scénario mais plus pour l'expérience de shoot. Une fois de plus, attendez-vous à être déçu pour deux raisons majeurs : les armes ne procurent aucun feeling et l'IA est une catastrophe. On combat en permanence des pirates cumulant stupidité et cessité. En effet les ennemis ne vous détectent pas à plus de 5m et ce, quelle que soit la luminosité! Comme ils n'ont aucune technique de combat et n'utilisent jamais leur avantage du nombre, on enchaîne les kills comme un dieu. Je n'ose même pas imaginer à quoi ressemblent les combats dans les autres modes de difficulté... Le seul avantage c'est qu'on peut jouer à Far Cry 3 tout en étant au téléphone ou en train de consulter sa boîte mail, on remplira quand même les missions. C'est peut être ça finalement le FPS du XXIe siècle, un défouloir auquel on consacre juste un oeil et une demi-oreille. Bref déprimé par ces méchants sans doute trop imbibés d'alcool et de somnifères pour mener des guerres sérieuses, je m'en remets à la terrible faune locale pour trouver enfin du challenge. Mais le mal est plus profond que je ne le pensais sur l'île car nos amis tigres et requins sont tout aussi inoffensifs que leurs homologues humains. Deux cartouches de fusil à pompe, un coup de machette et me voilà devenu une nouvelle cible pour Brigitte Bardot. Il faudrait qu'ils se décident à envoyer un biologiste sur cette île pour comprendre le mal qui la frappe. Peut-être que la consanguinité est à l'origine de cette molesse et de cette stupidité ambiante, je ne sais pas...

    J'en profite pour préciser qu'évidemment la version PC n'a bénéficié d'aucun soin. Checkpoints, inventaire et compétence accessibles via la touche Echap, Ubisoft Montréal prouve une fois de plus qu'ils n'ont aucun développeur habitué à jouer avec une souris et en clavier. Sans surprise, le gameplay console s'accorde bien avec un multijoueur console. Le versus est notamment un superbe hommage à Call of Duty donc si vous aimez les petites cartes, les perks, le camping et faire vos kills en tuant l'adversaire par derrière, Far Cry 3 devrait vous satisfaire! Quant au mode coopératif, il semble être plaqué là comme une obligation. Aucun rapport avec l'histoire principale, une fois de plus aucun challenge ou presque, on s'ennuie ferme. Mais comment vendre un jeu sans coop me direz-vous...

    Arrive la fameuse question : est-ce que c'était mieux avant ? Comme je n'ai jamais vraiment accroché à cette licence, j'aurais du mal à l'affirmer. Far Cry 1 était plus révolutionnaire techniquement, le 2 plus travaillé au niveau de l'ambiance mais ce volet semble plus complet dans ce qu'il offre. Il reste à fuir malgré tout à moins d'aimer les jeux qui vous offrent la toute-puissance divine. Quand je vois que ce titre est unanimement salué par la presse dite spécialisée, j'en viens à citer pour la première fois de ma vie Call of Duty : The Future is Black mes amis...
    A vous lire si vous avez eu l'occasion d'y jouer !
×
×
  • Create New...